Le travail en réseau consiste à créer un espace collaboratif où les relations horizontales sont privilégiées.  Il faut créer des liens directs avec les acteurs pour partager l’information, obtenir du soutien ou encore disposer de processus de décision plus rapides. Mais bien souvent, les acteurs sont attentistes et les têtes de réseau ont du mal à les motiver.
Comment les mobiliser et favoriser la participation ?

Les difficultés

La lassitude, les absences, le manque de productivité empiètent sur l’efficacité d’un réseau. Ils traduisent d’un manque d’intérêt pour l’objectif commun. Mais il existe d’autres problèmes.

La routine ou le surplace

Quand la production stagne, les décisions ne se prennent pas, les réunions tournent en rond et les priorités ne sont pas dégagées. Il manque donc un pilote pour relancer la machine !

 

L’encombrement

S’il y a trop d’acteurs, il existe un surplus d’initiatives et d’informations qui génèrent de la pagaille.

 

La juxtaposition

Chacun en vient à travailler pour soi avec une tâche bien délimitée avec de faibles interactions.

 

L’injonction paradoxale

On demande de travailler en réseau en mettant les membres dans l’incapacité de le faire :
les relations hiérarchiques sont trop présentes ou centralisées ; il n’y a pas de possibilité de communication directe ; tout le monde manque de temps pour les rencontres ; ou il y a une absence de financement.

 

Prise de pouvoir ou pillage

Diriger le réseau peut avoir ses avantages et la personne en charge peut se sentir (par erreur) supérieur aux autres.

 

Comment y arriver ?

5 critères de réussite.

• Des finalités professionnelles convergentes

• Une existence reconnue socialement.

• Un engagement des membres vers le réseau, un sentiment de responsabilité individuelle.

• Un échange de ressources

• Des règles de travail et des limites imposées au comportement des membres.

 

Les 3 domaines à explorer :

Savoir coopérer – Pouvoir Coopérer – Vouloir coopérer

Pour animer un réseau collaboratif, privilégiez les relations horizontales et créez des liens directs avec les acteurs opérationnels pour : Partager l’information, Obtenir du soutien, Disposer de processus de décision plus rapide.

 

–         Savoir Coopérer : communiquez !

Parlez le même langage ! Ne laissez pas le langage technique prendre la place si certains membres n’y comprennent rien. Vulgarisez les termes techniques afin d’être compréhensible par tous.

Gérez les contributions de chacun ! Tout le monde doit avoir sa carte à jouer sans que l’un prenne trop d’importance par rapport à l’autre.

Mettez-vous d’accord sur les règles du jeu et le mode de gestion des conflits afin que les membres les respectent !

 

–         Pouvoir Coopérer : cadrez !

Précisez la finalité et définissez les objectifs de cette mise en réseau !

Appréhendez le rôle de l’animateur qui va devoir trouver les bons mots pour fédérer, motiver et rendre cohérent le travail en réseau.

Evaluez les délais afin de ne pas tomber dans les mêmes problèmes et vivre des retards de production.

Faites vivre les résultats afin qu’ils soient perçus comme une finalité, un symbole d’aboutissement de ce travail en réseau.

 

–         Vouloir Coopérer : motivez !

Développez le leadership afin que la personne choisie pour être à la tête du réseau soit perçue comme la solution idéale pour tous les membres.

Adaptez-vous à la maturité du groupe ! Certains membres peuvent être présent dans l’entreprise depuis 20 ans, d’autres depuis 2 mois. Leurs attachements, expériences etc.. ne sont pas les mêmes et il faut savoir les réunir.

Mettez en œuvre le Team building de l’équipe en réseau afin d’avoir une équipe soudée qui se bat dans un intérêt commun avec un objectif clair ou tout le monde tirera son épingle.

 

Qui mettre à la tête du réseau ?

Ce n’est pas toujours un poste à part entière mais une « casquette » complémentaire qu’on va donner à un acteur en particulier pour ses qualités de fédération, d’unification etc…

Son rôle :

• Donner un sens à l’action.

• Proposer une répartition des tâches.

• Elaborer le calendrier des événements.

• Faciliter les rencontres importantes.

• Communiquer.

• Rendre compte de l’avancement des missions.

• Aider à faire vivre le réseau.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous devez remplir ce champ
Vous devez remplir ce champ
Veuillez saisir une adresse de messagerie valide.

Menu